« L’élément humain » de Will Schutz
» J’ai écrit ce livre pour des personnes désirant améliorer la conscience de soi et l’estime de soi : les dirigeants, les leaders et les cadres ; les équipes autodirigées ; les professionnels des relations d’aide et d’accompagnement ; les parents, maris, femmes, conjoints ; chacun d’entre nous dans sa sphère privée ou professionnelle. Cette approche peut vous aider à mieux vous connaître et à renforcer votre estime de soi et donc modifier la qualité de la plupart de vos relations.  » (Will Schutz, Introduction)

 

« L’homme qui voulait être heureux »de Laurent Gounelle.Le narrateur cherche le bonheur. Pour lui, il se résume à une passion qui deviendrait son métier, une jolie maison avec un petit jardin, et une âme sœur avec qui partager son bonheur.Pendant ses vacances à Bali, il fait une rencontre qui va changer le cours de sa vie. Cet homme va le mettre devant la simplicité de la vie, des relations humaines, du rapport avec son entourage, avec l’argent.Ce livre nous permet de nous remettre en question & d’effectivement retrouver une façon simple de vivre harmonieusement sa vie avec les autres & surtout avec soi.

 

« Le chevalier à l’armure rouillée » de Robert Fisher
Il y a fort longtemps, un vaillant chevalier combattait les méchants, tuait des dragons et sauvait les demoiselles en détresse. Il se croyait bon, gentil et plein d’amour. Il était très fier de sa magnifique armure qui brillait de mille feux, et ne la quittait jamais, même pour dormir. Seulement, un beau jour, en voulant l’enlever, il se retrouva coincé… Ainsi commença pour lui une quête initiatique, à la recherche de sa véritable identité, au gré de rencontres insolites et d’épreuves riches d’enseignements. En parvenant au « Sommet de la Vérité », il deviendra alors ce qu’il n’avait jamais cessé d’être, un homme au cœur pur, libre de toute illusion et de peur. (présentation de l’éditeur)

« Qui a piqué mon fromage ? » de spencer Johnson
Il s’agit d’une fable sur le monde contemporain, un monde en changement perpétuel. Comprendre que le changement est inévitable, et s’adapter à ce changement, telle est, selon Spencer Johnson, la clé du bonheur.

 

 

 

« Jonathan Livingston le goéland » de Richard Bach
» Mes frères ! s’écria Jonathan. Mille années durant, nous avons joué des ailes et du bec pour ramasser des têtes de poisson, mais désormais nous avons une raison de vivre : apprendre, découvrir, être libres ! »
Jonathan Livingston n’est pas un goéland comme les autres. Ses parents, les autres membres de son clan, ne voient pas plus loin que le bout de leurs ailes. S’ils volent, c’est uniquement pour se nourrir. Jonathan, lui, vole pour son seul plaisir. Et en volant toujours plus haut, toujours plus vite, il sait qu’il découvrira un sens plus noble à la vie. Effrayés par son audace, ses semblables le rejettent. Mais Jonathan va se faire de nouveaux amis… (présentation de l’éditeur)

 

« Le K » de Dino Buzzati
Lorsque le vieux Stefano rencontre enfin le K, le squale qui doit le dévorer, il découvre que le monstre l’a poursuivi sur toutes les mers du monde, non pour l’avaler mais pour lui remettre la perle merveilleuse « qui donne à celui qui la possède fortune, puissance, amour et paix de l’âme ».

 

 

 

« Il était une fois une vache » de Camilo Cruz
Un maître plein de sagesse entraîne l’un de ses élèves dans une aventure qui l’oblige à voir et à examiner les barrières qu’il s’impose, le mettant face au véritable ennemi du succès. Nous désirons tous vivre pleinement, mais souvent, ayant trouvé une zone de confort, nous nous y installons pour nous apercevoir très vite que nous sommes passés à côté de toutes les bonnes choses que la vie a à offrir. Dans cette métaphore de transformation de la vie, la vache représente toutes les excuses, craintes, justifications et fausses croyances qui nous empêchent de vivre le genre de vie que nous souhaitons ardemment et méritons réellement.
« Engagements, espoirs et rêves » de Alain Godard et Vincent Lenhardt
Le livre raconte le redressement – réussi – de Rhône-Poulenc Agro, entre 1993 et 1996, et propose un bilan de cette expérience. Au lieu de  » dégraisser « , réflexe classique, Alain Godard choisit de redresser l’entreprise en la redéployant vers ses clients. En trois ans, il gagne son pari, prouvant ainsi que la réduction d’effectifs est loin d’être la seule solution en cas de crise.Ce livre donnera à tout dirigeant de quoi nourrir utilement sa propre réflexion. Son titre, se réfère à la nouvelle approche mise en place dans l’entreprise pour tenir compte des incertitudes du marché de l’agrochimie, une approche fondée sur trois niveaux : les engagements (ce sur quoi les gens s’engagent), les espoirs (ce qu’ils peuvent imaginer sur la base d’éléments concrets concernant le produit et ses marchés), et les rêves (ce qui pourrait arriver si ce qui semble actuellement peu probable le devenait).

 

« Les quatre accords Toltèques » de Don Miguel Ruiz
Dans ce livre, Don Miguel révèle la source des croyances limitatrices qui nous privent de joie et créent des souffrances inutiles. Il montre en des termes très simples comment on peut se libérer du conditionnement collectif – le  » rêve de la planète « , basé sur la peur – afin de retrouver la dimension d’amour inconditionnel qui est à notre origine et constitue le fondement des enseignements toltèques. Les quatre accords proposent un puissant code de conduite capable de transformer rapidement notre vie en une expérience de liberté, de vrai bonheur et d’amour. (Présentation de l’éditeur)

« Découvrir un sens à sa vie » de Victor E. Frankl
Au fil des trois années passées en camp de concentration lors de la Deuxième Guerre mondiale, Viktor Frankl a découvert, autant pour lui-même que pour les autres, que le fait d’avoir un but et un sens à sa vie l’aidait à survivre aux conditions inhumaines qui sévissaient. Cette recherche de sens a donné naissance à la logothérapie, une approche qu’il a utilisée tout au long de sa vie en captivité et, par la suite, dans sa pratique comme psychiatre. (Présentation de l’éditeur)

 

 

 

« Oser la confiance » de B. Martin, V.Lenhardt et B. Jarrosson
Le management d’une entreprise doit reposer sur la confiance, accordée sans demi-mesure à l’humain
Cette démarche permet à la fois la responsabilisation et la libération des énergies recelées par le personnel d’une société. En faisant confiance, chacun est mis en position de réaliser son potentiel.
En fondant ainsi sa démarche sur le potentiel humain, le manager ne peut ignorer la dimension individuelle de l’identité
Formée de multiples éléments internes, mais surtout externes à l’entreprise, l’identité rejaillit sur les comportements professionnels. Le management se doit de veiller à ce que l’essentiel pour chaque individu ne soit pas sacrifié dans l’entreprise.
En termes stratégiques, la confiance signifie la collaboration de tous à la définition des objectifs de l’entreprise
Ce qui en découle, c’est un sens commun, une vision partagée, qui tracent la voie de la progression d’une société.

« Le principe du petit pingoin » de  Denis Doucet.coaching et bilan coaching coaching. Little Boy est un petit pingouin qui veut bien faire; il cherche à s’adapter à tout prix à son environnement et répond toujours présent lorsqu’on exploite sa bonne volonté. Seulement voilà, il en arrive peu à peu à ne plus pouvoir suivre sa propre cadence: il se sent mal dans sa peau, il souffre. Un jour après bien des tourments , il comprend qu’il lui faut s’occuper de ce qui compte vraiment à ses yeux.  Une fable pour apprendre à lâcher prise, à mettre de côté ce qui n’a plus lieu d’être dans notre vie.